Le patrimoine bâti
Musée Sundgauvien d'Altkirch

Musée Sundgauvien d'Altkirch


Le Musée Sundgauvien d’Altkirch

au n°1 de la rue de l’hôtel de ville

Demeure du XVIème siècle, collections du musée installées en 1952.

Photos du musée

Ce Musée était, à l’origine, la  demeure qui abritait au XVIème siècle le Bailli de la seigneurie des Habsbourg chargé de rendre la justice et de contrôler l'administration de la ville d'Altkirch. En 1952, la municipalité rachète cette somptueuse demeure afin d’y installer les collections du Musée Sundgauvien, fondé en 1877 par Gustave Kubler.

Avant de pénétrer à l’intérieur du musée et de découvrir ses collections, prenez le temps d’observer ce très bel immeuble Renaissance. Intéressez-vous d’abord à la tourelle qui orne son côté droit. Elle renferme un bel escalier à vis construit hors d’œuvre. Hors d’œuvre ? Oui, c’est-à-dire qu’il a été construit en saillie par rapport au reste de l’édifice. Avez-vous remarqué la forme des fenêtres qui apportent de la lumière à cet escalier ? Il s’agit de fenêtres losangées. Les autres fenêtres du musée sont à meneaux, éléments structurels verticaux, ici en pierre de taille, qui en divisent la baie.

Toits du musée

Levez encore un peu la tête et vous pourrez admirer la toiture de l’édifice, remarquable par ses lucarnes, mais surtout par les tuiles vernissées de couleur qui la constituent. Le garde-corps du balcon en fer forgé ainsi que les protections des fenêtres finiront par vous convaincre du soin apporté à l’architecture. La tourelle, quant à elle, est couronnée d'un toit à impériale et d'une girouette qui porte la date de 1472.

Enfin, n’hésitez pas à vous aventurer jusqu’au fond de la cour du musée. Elle surplombe les remparts intérieurs d’Altkirch et offre une jolie vue sur les maisons adossées sur les fondations des murs d’enceintes

Dans le Musée, vous pourrez découvrir d’intéressantes collections de minéralogie, de fossiles, de préhistoire : paléontologie (pierres taillées en provenance d’Oberlarg), poteries (Rubané) ,une collection d’objets gallo-romains et mérovingiens.

Musée intérieur - photo n°2

L’histoire, la géographie et les coutumes locales y sont présentées par de nombreux documents et objets significatifs : portraits, meubles, armoire Renaissance rhénane, armoires de mariage polychromes, poêles de faïence (Kunst), objets divers : vaisselle, poteries, ustensiles, etc.

Une salle est consacrée aux costumes, pièces de lingerie et bonnets sundgauviens.

Un département Beaux Arts présente de remarquables peintures de Jean Jacques HENNER, Léon LEHMANN, A. ZWILLER,  Arthur SCHACHENMANN, Robert BREITWIESER, Bernadette ZELLER etc. ainsi que des sculptures de Frédéric VOULOT et des statues anciennes.

Jean-Jacques Henner - tableau n°2

 Jean-Jacques Henner fait partie des artistes alsaciens qui ont marqué l’histoire de l’art. Il naît à Bernwiller en 1829. Il grandit dans une famille de cultivateurs, mais malgré leur situation modeste, ses parents l’envoient au Collège d’Altkirch où il étudie le dessin. Son professeur Charles Goutzwiller remarque ses rapides progrès et l’encourage à s’installer à Strasbourg. En 1847, Jean-Jacques part pour Paris.

Jean-Jacques Henner - tableau n°1

En 1858, il est récompensé par le Grand Prix de Rome pour son œuvre Adam et Eve trouvant le corps d’Abel. Il part alors en Italie pendant 5 ans. Il en rapporte des copies d’œuvres de maîtres et des paysages lumineux. Henner se fait le peintre officiel du Second Empire et de la Troisième République, mais il n’oublie pas son pays natal où il retourne régulièrement. Henner se distingue par son chromatisme et sa manière de modeler ses figures entre ombre et lumière.

En 1905, Jean-Jacques Henner meurt laissant derrière lui une œuvre considérable et singulière.

Horaires du Musée :

  • Tous les dimanches de 14h30 à 17h30
  • Tous les jours, sauf les lundis, pendant les mois de juillet et août de 14h30 à 17h30
  • Visites guidées sur demande toute l’année en français, alsacien et allemand.

Galerie du Kilianstollen 

Galerie Kilian au musée

 La découverte de cette galerie allemande à Carspach est exceptionnelle pour l’archéologie de la grande Guerre. Le site a en effet permis de collecter des informations inédites sur l’architecture d’un abri allemand de la Première Guerre mondiale mais aussi sur la vie quotidienne des soldats.  Pour le 94ème Régiment d’infanterie de réserve allemand, le bombardement du 18 mars 1918 a été » la plus grosse perte d’ hommes qu’il ait connu en une seule journée ».

Date de publication: 13/08/2012 10:33
comments powered by Disqus