Le patrimoine bâti

L'histoire de la Société Jédelé


Martin Jédelé, un des précurseurs de l'électrolyse en Alsace

Martin Jédelé

Après un tour de France où il exerça sa profession d’artisan électricien, Martin Jédelé (père) crée en 1909 à Altkirch une entreprise d'électricité et un atelier de fabrication de bouilloires de cuivre et de "galvanisation".En 1935, les  "Etablissements Martin Jédelé Sarl"  se spécialisent dans la fabrication de réservoirs pour cuisinières et leur polissage, nickelage et chromage.

Alfred Jédelé déménage l'entreprise en 1959, crée la Société Anonyme et démarre l'activité de zingage. Il se retire des affaires en 1976.

Son fils aîné, Serge Jédelé, délocalise et modernise l’entreprise en zone industrielle actuelle en 1978. Les activités de polissage, nickelage et chromage sont abandonnées en 1998.

Au début des années 90, la Société Jédelé entreprend une démarche de certification et depuis mars 1998, le système qualité est certifié ISO 9001 pour ses activités de «Production de traitements de surface sur métaux (acier,  zamak,  laiton,  fonte) par zingage électrolytique, traitements complémentaires et prestations de services   associés ».

Début 2005, Olivier Jédelé prend le contrôle de l’intégralité du capital de JEDELE TRAITEMENTS DE SURFACE. Un nouveau hall de stockage de 1.000 m² est inauguré en 2006 et une nouvelle ligne d'attache de grande capacité est mise en service en 2008.

L’entreprise est à présent certifiée ISO 9001 version 2008 par SGS et notre certificat N° FR98/00935 est valable jusqu’au 29.03.2015.

Le mur de Michel Boetsch - septembre 2012

Par ses dimensions spatiales, seize mètres de longueur par six mètres de hauteur, le « Mur » de Michel Boetsch est classé dans la catégorie des « sculptures monumentales ». Elle a été réalisée grâce au mécénat de l’entreprise  «Jédelé Traitements de Surface», qui dispose désormais de ce remarquable travail d’artiste. L’œuvre réalisé en acier traité, a exigé du sculpteur pas moins de six années de création, du premier trait jeté sur le papier jusqu’à la fixation de la dernière sculpture à son support. Le « Mur » de Michel Boetsch est sans conteste « sa chapelle Sixtine » comme il la classe dans sa trajectoire artistique, qui est jalonnée de créations monumentales, mais qui n’avaient jusque là, jamais atteint cette dimension géométrique. Le « Mur » n’a pas d’autre patronyme. Il est une « Histoire », une histoire symbolique, mais pas seulement, qui lie pour très longtemps l’imagination d’un artiste libre, accompli aux exigences intangibles du monde industriel. Deux univers différents par leur appréhension du Monde, mais pas si éloignés que l’on dit, la démonstration en est faite ici, par ce « Mur » de la liberté de créer, et par extension, la capacité des hommes de talent à s’unir pour le meilleur.

Jean-Jacques Terlin

Le "Mur" de Michel Boetsch

Les employés de Jédelé, et quelques invités, se sont retrouvés pour inaugurer le mur créé par Michel Boetsch.

Site  : www.michelboetsch.com

Date de publication: 22/10/2012 13:56
comments powered by Disqus