Le patrimoine bâti
L'Eglise Notre Dame

L'Eglise Notre Dame


L'Église Notre Dame, construite en 1245 sur l’emplacement de l’ancien château du XIème siècle 

Eglise Notre Dame

L’Église dédiée à Notre Dame est la troisième église construite sur la colline d’Altkirch.

Il ne reste que peu d’informations sur la première. Mais, il semble que la ville doive son nom à cette Église qui se situait en surplomb : Altkirch signifiant vraisemblablement «haute église» et renvoyant alors à sa situation géographique dans la ville.

La deuxième Église fut construite, par Berthold de Ferrette, évêque de Bâle, au centre de la ville, en face de l’actuel Hôtel de ville. Sa date exacte de construction n’est pas connue, mais une clé de voûte, qui a disparu aujourd’hui - portait la date de la fin de sa construction en 1254. Cette Église fut démolie en 1844.

Démolition de l’ancienne Église

Le Congrès de Vienne en 1815 réorganise l’Europe. Le Pape veut restaurer l’ordre ancien et les grandes puissances restent sourdes à ses appels. A la base les fidèles catholiques sont ultra conservateurs. A Altkirch, le Conseil  Municipal – sous influence - décide en 1845 de la construction d’une nouvelle Église sur l’emplacement du château – racheté aux Grimaldi -.

La «Nouvelle Église», comme il est d’usage de la nommer, fut construite entre 1845 et 1850 avec notamment les pierres de l’ancienne Église et celles du donjon du château.                                   

Aujourd’hui, la nouvelle église abrite quelques objets d’art provenant de l’ancienne Église

Christ au Mont des Oliviers

Un Christ au Mont des Oliviers datant du XIVème siècle, des éléments du buffet d’orgue Silbermann, un baptistère en grès des Vosges, une Piéta du XIVème siècle, une clé de voûte portant le nom de l’architecte – maître d’œuvre – Thomas Hillmaier, incrustée dans le sas d’entrée droit de l’Église. Vous pourrez y admirer également un tableau -  inspiré du Christ en croix de Prud’hon -  d’un peintre sundgauvien  illustre  Jean-Jacques Henner. Un musée lui est consacré avenue de Villiers à Paris.

Peinture Henner Eglise

Les  vitraux  portent une particularité : les inscriptions sur les vitraux du Nord sont rédigées en français. Celles des vitraux côté Sud sont en allemand. Durant la guerre de 14/18, les vitraux du Nord sont détruits et l’Alsace redevenue française, les inscriptions des nouveaux vitraux seront en français. Les autres resteront le témoignage de l’occupation allemande dès 1870.

Le château d’Altkirch- XIème siècle -  fut construit par les Comtes de Montbéliard

Terres de Bourgogne en 1032, le Sundgau devient Comté de Montbéliard puis Comté de  Ferrette en 1125. Altkirch, cité médiévale a été  créée sous les comtes de Montbéliard . Elle s’est fortifiée sous les comtes de Ferrette avec Frédéric I et Frédéric II. Altkirch possédait  alors un château   au bout de l’éperon rocheux et une Eglise sur la place actuelle de la Mairie d’Altkirch.

Bâti au XIème siècle par les Comtes de Montbéliard, le château a été  dévasté essentiellement pendant la Guerre de Trente ans qui mit fin au règne des Habsbourg.

Des Habsbourg à la Révolution française

Jeanne de Ferrette  en épousant  Albert II en 1324,  permet aux Habsbourg de s’imposer en Alsace du Sud et sur la porte de Bourgogne pendant trois siècles. Le rêve d’un grand Empire européen échoue avec l’affrontement  entre  François Ier et Charles Quint. Le ciment du christianisme qui donnait un semblant d’union à cette Europe éclate en morceaux avec la Réforme.  Les guerres de religion, la guerre de Trente Ans, les guerres de Louis XIV rythment les XVIe et XVIIe siècles et laissent le Sundgau et l’Alsace particulièrement meurtris et affaiblis.

Avec le traité de Westphalie, les terres du Sundgau deviennent françaises sous la tutelle des Mazarin pendant  un  siècle  et  des Grimaldi , à peine  pendant dix années,  jusqu’à la révolution française.

Le château d'Altkirch

Le château d’Altkirch (XIème siècle), dessin de Charles Goutzwiller.

Dessin vue Altkirch

Un bourg se développe autour du château. Il est d’abord mentionné comme «oppidum» en 1215, ce qui indique qu’il était vraisemblablement doté d’un mur. Au cours de la guerre de Trente Ans, ce dernier est détruit. Entre 1844 et 1846, ce qui reste du donjon est définitivement et volontairement démoli tout comme l’ancienne église. En effet le Conseil municipal a choisi l’emplacement du château pour construire la nouvelle église après avoir racheté le donjon et le terrain à la famille princière des Grimaldi.

Pour la petite histoire, le prince Albert de Monaco est toujours baron d’Altkirch et comte de Ferrette. Les ruines du château  cèdent  ainsi leur place à l’église Notre Dame.

Dessin vue d'Altkirch n°2

Date de publication: 13/08/2012 16:11
comments powered by Disqus