Le patrimoine bâti

Fresque des vaches ou La carte du monde


Fresque des vaches ou La carte du monde – 1993

Boulevard Clémenceau

(mur du marché aux bestiaux au XIXème siècle)

Oeuvre vaches

Cette fresque a vu le jour à l’initative de la Ville d’Altkirch et d’une association, le Forum des jeunes, sous la direction artistique de Daniel Dyminski, artiste plasticien de Reiningue. Cette fresque met en scène des vaches, mais ne vous méprenez pas, il ne s’agit pas d’un projet naïf : au contraire, à travers ce troupeau bien agité, les jeunes peintres ont souhaité livrer une vision politique du monde. La vache tout à droite renvoie à l’Europe de l’Est qui tente de se faire une place aux côtés de l’Europe de l’Ouest. Néanmoins, celle-ci ne se laisse pas démonter et garde sa position tout en faisant un clin d’œil à la vache qui représente l'Afrique. Sa corpulence ne vous aura pas échappé : elle symbolise le poids démographique de ce continent. A sa gauche, une vache indienne représente le continent asiatique. Elle est écrasée entre sa voisine africaine et l’Australie. Les deux vaches qui incarnent le continent américain traduisent, par leur position, le rapport de pouvoir qui existe entre le Nord et le Sud : l’Amérique du Nord cherche à imposer sa domination économique et politique à l’Amérique latine qui fait la grimace. Enfin, à gauche de la fresque, le trou qui vient percer l’Antarctique constitue un clin d'œil fait à la science qui accuse les déchets organiques du bétail de contribuer à la dégradation de la couche d'ozone.

Pourquoi des vaches ? L’explication se trouve dans l’histoire de la ville car à partir du XIXème siècle le marché aux bestiaux, chevaux et porcs, se tenait sur la colline altkirchoise. Les vaches étaient alors attachées à cet endroit à l’aide d’anneaux accrochés dans les trous encore visibles sur le mur.

Date de publication: 14/08/2012 11:02
comments powered by Disqus